L’usage d’un logiciel espion entre performance et usage raisonné

Avec l’émergence des nouvelles technologies, il est aujourd’hui à la portée de tous de recourir à un logiciel espion. D’ailleurs, une poignée de logiciels espions sont disponibles sur le marché. Il s’agit d’applications qui s’installent sur les ordinateurs, les tablettes, mais qui visent tout particulièrement les téléphones portables. De nos jours, des centaines de milliers de personnes seraient ainsi espionnées à travers le monde. 

Un logiciel performant et intrusif à la fois

En fonction du logiciel, de l’appareil à pirater, de la durée d’engagement/du coût mensuel, les fonctionnalités diffèrent. Dans tous les cas, une fois installé sur l’appareil en question, le logiciel espion permet de collecter et de transférer des informations. Les messages, les photos, l’activation du micro, l’écoute des appels, les données saisies sur le clavier, la géolocalisation, l’historique des appels/des connexions, la capture d’écran, l’accès aux applications – Facebook, Snapchat notamment – par exemple peuvent alors être collectés sur le terminal espionné. Et, pour être performant, une manipulation technique est nécessaire pour mettre à mal les garde-fous et les protections prévues par le système d’exploitation de l’appareil ciblé. Sans quoi, l’accès aux données par le logiciel espion est moins efficace. 

Dans tous les cas, il convient de rester dans les limites du droit français, des articles 226-15 et 226-3 du Code pénal en l’occurrence. La Commission Nationale Informatique et Libertés – communément appelée la CNIL – estime que la surveillance constante et permanente est une atteinte à la vie privée au regard de la loi informatique et libertés. L’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information précise quant à elle, que l’intimité de la vie privée et le secret des communications électroniques sont protégés.

De ce fait, le conjoint, le salarié doivent être tenus informés de la mise en place d’un logiciel espion. Dans le cas contraire, l’instigateur de la mise en place d’un logiciel espion sans consentement est alors condamné par la justice, il peut encourir une peine de prison assortie d’une amende. 

Le logiciel espion pour un contrôle parental

L’usage d’un logiciel espion par les parents qui souhaitent préserver la vie de leurs ouailles, à des fins de protection est une bonne initiative et, mieux vaut les en informer tout de même. De nos jours, les enfants sont bien plus mobiles et disposent d’outils très sophistiqués. Si autrefois, il était possible de d'éteindre la télévision, cela est bien plus difficile avec les nouveaux supports. L'usage d'un logiciel espion permet alors de les savoir hors de danger. De plus, cela permet de maintenir le contrôle parental et de veiller de loin à leur sécurité. Il peut alors s’agir de créer une alerte en cas d’intrusion non désirée, de bloquer l’accès à certains sites/certains contacts, de restreindre l’usage de certaines applications, de verrouiller l’appareil au cours d’une période sélectionnée – lorsque l’enfant est en classe par exemple – voire de géolocaliser les enfants. Un outil qui s'avère essentiel dans la société actuelle. 

De plus, le recours à un logiciel espion sur un poste dont la propriété est exclusive n’est pas interdit et permet ainsi de se préserver. De plus, l’installation d’un logiciel espion sur le téléphone d’une personne dépendante par exemple, peut être rassurante, voire même lui être salutaire.

Un commentaire ?