WannaCry : un ransomware de plus

La sécurité informatique évolue et malheureusement les techniques de « hack » ou piratage également. Effectivement, la sécurité des systèmes d’exploitation est vulnérable ce qui sème panique auprès de tous les utilisateurs. Fait à partir de logiciel malveillant, le WannaCry vient étouffer la nombreuse liste des ransomware exploitant la faille de windows nsa.

The Shadow brokers, des milliers de données éparpillées

Le piratage informatique atteint son apogée dans un monde où l’internet procure un terrain de vol parfait. Si le grand public connait l’existence du « hack informatique », il se peut que certains soient encore confus à l’énonciation de terme comme ransomware. Il s’agit d’un logiciel malveillant connu également sous l’appellation rançongiciel ou logiciel d’extorsion capable de se connecter au Windows Server. Parmi les nouveaux rançongiciel utilisé par les pirates informatiques découverts à ce jour, WannaCry vient compléter une liste déjà bien remplie. Exploitant la moindre faille, cette infection prend en otage les fichiers de l’ordinateur.

Les hackers volent ainsi des données personnelles et les revendent à prix fort aux victimes sous peine de les utiliser à des fins nuisibles. Même avec un antivirus, un anti-spam ou autres logiciels de protection, WannaCry ransomware exploite la vulnérabilité de windows. Dans les faits, des logiciels de hack comme Wannacry fait partie d’un partage en ligne effectuer par la firme de piratage the Shadow Brokers. Ce dernier affirme avoir hacker la NSA qui est à l’origine de la création des ransomware.

altospam antispam

Hack de Renault France, les experts français trouvent la solution

Le problème du hack par des logiciels comme Wannacry touche toute la population qu’elle soit des grandes entreprises ou des particuliers. L’exemple le plus significatif pour la France est le cas de la firme Renault. Récemment le géant de l’automobile français fut aussi victime d’une cyberattaque de pirates informatique. Par conséquent, la compagnie a dû ordonner l’arrêt de la production dans plusieurs usines comme à Novo Mesto tout comme la Honda avec son usine à Sayama. Autres grandes victimes, les hôpitaux britanniques au royaume uni. À cause de ce piratage de la britannique NHS, les hôpitaux ont dû relayer les ambulances vers d’autres établissements. En pratique, les pirates informatiques se servent de logiciel comme WannaCry pour soutirer de l’argent sous différentes formes notamment le paiement bitcoin.

Si la NSA a été discréditée par le développement de logiciel malveillant, les exploits comme « l’Eternalblue » restent marquants. Ce dernier est capable de passé à travers Windows à travers une faille. Étant donné la gravité de la situation, le géant informatique Microsoft s’est dépêché de trouver une solution adéquate. Pour ce faire, il a mis en place grâce à une mise à jour de la sécurité Windows. Cela a permis d’enlever l’emprise ransomware. D’autre part, la compagnie française Oktey met à disposition la solution avec le logiciel Altospam. Ce logiciel permet de bloquer les ransomwares tentant d’entrer sur un server avec des chiffres données par une sécurité messagerie. Si l’utilisateur fait face à une tentative de piratage, le correctif de sécurité envoie un message d’alerte.

Un commentaire ?